► livraison domestique gratuite pour toutes les commandes supérieures à 50$ ◄

Pourquoi manger des insectes : Grillon versus Bœuf

« Tiens, et si on mangeait un steak ce midi ? Et pourquoi pas un steak de grillons pour changer ? » Imaginons que vous soyez au restaurant… un restaurant un peu spécial. Avec à la carte le classique steak de bœuf, mais également un steak de grillons. Quels seraient les avantages à choisir celui aux grillons plutôt qu'au bœuf ?

Qualités nutritionnelles (1) (2)

Commençons par comparer les propriétés nutritionnelles offertes par un steak de 100 g de bœuf haché comparées à celles d’un steak à base de poudre de grillons du même poids.

Alors que la viande rouge est souvent réputée pour être une source importante de protéines, il est intéressant de noter que la poudre de grillons en possède un teneur en moyenne deux à trois fois supérieure. Surprenant n’est-ce pas ? Jetez donc un coup d’œil au graphique ci-dessous : 100 g de steak haché apportent en moyenne 20 g de protéines contre 60 g pour une même quantité de steak de grillons.

f

Graphique 1 : Comparaison des macronutriments contenues dans 100 g de steak de grillons et 100 g de steak de bœuf

Comme mentionné dans l’article sur les protéines, la qualité des protéines est également un facteur important à considérer. Le grillon, tout comme le bœuf, représente une excellente source de protéines complètes. Néanmoins, compte tenu de sa plus forte teneur en protéines, le grillon apporte plus d’acides aminés essentiels. Ainsi le steak de grillons nous est largement plus profitable en terme de protéines offertes.

f

 Graphique 1 : Comparaison des acides aminés essentiels contenues dans 100 g de steak de grillons et 100 g de steak de bœuf


De plus, contrairement au bœuf , le grillon nous procure des fibres alimentaires, connues pour leurs effets positifs sur le transit intestinal. Ces dernières sont d’ailleurs présentes en quantité non négligeable : 6 g pour 100 g d’insecte, ce qui représente plus de 20 % des apports nutritionnels journaliers recommandés. (Santé Canada recommande un apport journalier de 25 g pour un individu de 18 à 50 ans.)

Mais cela ne s’arrête pas là : le grillon possède également plus de potassium. Ce minéral est primordial au sein de notre organisme, ayant pour fonction d’y maintenir la balance des fluides et des électrolytes ainsi que l’intégrité de nos cellules. Un apport adéquat en potassium permet notamment de réduire l’hypertension.

Enfin, abordons le sujet des oméga 3 et oméga 6. Ces deux acides gras sont essentiels à notre organisme, et ce dernier ne pouvant les synthétiser, il est important de s’assurer d’en avoir un apport régulier au sein de notre alimentation. Notre corps les utilise comme base afin de former d’autres molécules nécessaires au bon fonctionnement de nos cellules. Parce que ces deux éléments entrent en compétition lors du processus d’assimilation, il est important de conserver une balance spécifique de chacune des molécules. Le grillon offre pour sa part un ratio idéal de 3:1 (oméga 6: oméga 3) et ce dans des quantités largement supérieures à celles du bœuf.

f

Graphique 3 : Comparaison de certains micronutriments contenus dans 100 g de steak de grillons et 100 g de steak de bœuf


Et du côté environnemental ? (3)

Intéressons-nous maintenant à l’élevage respectif du bœuf et des grillons.

Comment élève-t-on un bovin ? C’est plutôt simple : pour caricaturer, il suffit de lui donner beaucoup de place, beaucoup d’eau, beaucoup de nourriture et beaucoup de temps. Et du côté des grillons ? Ceux-ci sont élevés en très grande quantité dans un bâtiment spécialisé, ils deviennent adultes en 6 semaines. Il suffit de les alimenter avec le peu d’eau et de nourriture nécessaire. Par exemple, chez Entomo Farms, notre fournisseur, un bâtiment de 60 000 pieds carrés (environ 5600 m2) accueille environ 100 millions de grillons.

f

Conversion de la nourriture en protéine

Premièrement, le grillon requiert près de 12 fois moins de nourriture qu’un bœuf pour un même gain de poids comestible. Pour produire 100 g de viande bovine comestible, 2,4 kg de fourrage (aliment donné aux bovins) sont nécessaires contre 200 g d’aliment pour le grillons.

On comprend vite pourquoi les deux tiers des surfaces cultivées sont destinées à l’alimentation animale… Et encore, il faut prendre en compte tous les produits phytosanitaires (substances utilisées pour soigner ou prémunir les végétaux contre des organismes pathogènes) et carburants utilisés pour cultiver tout cela. Le grillon est clairement gagnant sur ce plan là !

f
Consommation en eau

Mais ce n’est pas fini, loin de là ! La quantité d’eau estimée pour produire 100 g de bœuf s’élève à 2 200 L, en prenant en compte l’énorme quantité d’eau nécessaire à la culture des fourrages. Il n’y a pas encore de données précises disponibles sur ce sujet concernant les grillons, mais, selon les estimations, la quantité d’eau nécessaire serait 2000 fois inférieure.

Émission de gaz à effet de serre

Intéressons-nous maintenant aux émissions de gaz à effet de serre. Laissons parler les chiffres : selon le rapport de la FAO sur l’entomophagie datant de 2013, l’élevage serait à l’origine de 18% des émissions, ce qui représenterait une plus grande part que le secteur des transports. L’élevage bovin constitue la part la plus importante de ces émissions. Ainsi, la production d’un steak de boeuf de 100 g est à l’origine de l’émission de près de 750 g de gaz à effet de serre (en équivalent CO2). On estime à 100 fois moins les émissions liées à la production de la même quantité de grillons… Eh oui, encore une belle différence !

f

Prix

Parlons maintenant d’un autre aspect qui a son importance : le prix. Les grillons étant encore une denrée rare, les lois de l’économie en font un aliment relativement cher. Ce n’est pas le cas de la viande bovine qui est produite à grande échelle depuis déjà plusieurs décennies. L'industrie des insectes n’étant encore qu’à ses débuts, la production n’est pas encore automatisée et aussi performante que pour l’élevage traditionnel. Toutefois des techniques et des outils adaptés sont en cours de développement pour combler ces lacunes. Ainsi la nourriture à base d’insectes va continuer à se démocratiser et devrait devenir plus abordable que la viande de bœuf. Pour l'instant, le grillon reste plus cher que le bœuf, mais cela ne va pas durer !

f

f

Pour conclure…

Finalement, vous avez pu le constater, les grillons représentent une alternative largement plus éco-responsable au bœuf, tout en offrant de meilleures qualités nutritionnelles. Un steak de grillons contient 2 à 3 fois plus de protéines complètes qu'un steak de bœuf d'un poids équivalent. Les grillons vous apporteront également plus de fer, plus de vitamines, et plus de fibres. A cela s'ajoute l'avantage écologique, votre steak de grillons aura un impact sur la planète largement plus faible : sa production nécessite 12 fois moins de ressources fourragères et environ 2000 fois moins d’eau. Elle est également à l’origine de 100 fois moins d’émission de gaz à effet de serre. Le steak de grillon sort largement vainqueur de ce face à face !

En attendant de trouver un steak de grillons dans votre restaurant favori, qu’attendez-vous pour vous lancer et tester les barres Naak ?

f

f

RÉFÉRENCES

(1) Klein, F., & Möller, G. (2010). Dietary fiber, fruit and vegetable consumption and health. New York: Nova Science Publishers.

(2) Whitney, E. N., & Rolfes, S. R. (2016). Understanding nutrition.

(3) Huis, A. ., Van, I. J., Klunder, H., & Food and Agriculture Organization of the United Nations,. (2014). Edible insects: Future prospects for food and feed security

Environnement Nutrition

← Article précédent Article suivant →